Accueil > Transition énergétique > Pollution lumineuse

Pollution lumineuse

Que ce soit pour protéger la biodiversité, réduire les dépenses énergétiques, préserver notre santé ou tout simplement contempler la beauté d’un ciel étoilé… les raisons ne manquent pas pour travailler sur l’extinction de l’éclairage public.

Explications et chiffres clés à l'appui.

Qu’est-ce qui est au croisement des dépenses énergétiques, budgétaires, détérioration de la santé humaine et impacts sur la biodiversité ?

La pollution lumineuse !

 

Le sujet prend de l’ampleur depuis quelques années, notamment avec l’arrêté ministériel du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, réduction et limitation des nuisances lumineuses. De nombreux territoires, dont les Parcs naturels régionaux, étudient son impact à l’échelle locale afin de garantir une meilleure intégration de l’éclairage dans le paysage nocturne. Le Parc naturel régional (PNR) du Doubs Horloger souhaite être proactif sur le sujet car très peu de communes pratiquent l’extinction et peu de personnes connaissent tous les enjeux liés à l’éclairage public. Pour donner quelques exemples régionaux, 80 à 90 % des communes du PNR du Morvan pratiquent l’extinction partielle de l’éclairage public. Sur le territoire de Côte d’Or ce sont 66 % des communes qui éteignent la nuit.

D’après l’ADEME, l’éclairage public représente 41% des consommations d’électricités des collectivités territoriales, 16% à 21% de leurs consommations, toute énergie confondue, et 37% de leur facture d’électricité.

La lumière impacte également les 64% d’invertébrés et les 28% de vertébrés actifs de nuit, et a également des conséquences sur notre santé en impactant notre cycle circadien soit le cycle biochimique de 24h basé sur l’alternance jour/nuit.

 

Des idées reçues à déconstruire :

Peur des cambriolages ou des incivilités ?

  • Les cambriolages

La grande majorité (80%) des cambriolages ont lieu de jour, 25% entre 8h et 11h et 55% entre 14h et 17h d’après le Ministère de l’Intérieur ! (Les chiffres sont les mêmes sur le territoire du Parc, selon la gendarmerie de Maîche).

La commune de Rochefort (Charente-Maritime) a expérimenté une mesure d’extinction pendant 6 mois en 2016. « Nous avons constaté, avec le commissariat, sur les trois quartiers tests, une baisse des cambriolages de 20 % ». (La gazette des communes, 2018)

  • Les incivilités / délits

Il n’y a jamais eu d’étude pour évaluer l’impact de l’éclairage public sur la sécurité, d’après Paul Verny, CEREMA. (La gazette des communes, 2018)

« [l’extinction de l’éclairage public de nuit] est loin d’être marginal et les communes qui ont mis en place des expérimentations assurent que l’extinction nocturne n’a pas engendré plus de délits », affirme Anne-Marie Ducroux, Présidente de l’Association nationale de la protection du ciel et de l’environnement nocturne, qui délivre le label « villes et villages étoilés ».

 

Oui, mais qu’en est-il des accidents de la route ?

Une étude de Slootmans F. et Daniels S. (2017) analyse les accidents mortels sur les autoroutes belges pendant la période 2014/2015 (ici). Elle indique que seulement 16,5% des accidents ont eu lieu dans l’obscurité complète. D’autres facteurs sont à prendre en compte, en plus de la simple absence d’éclairage (vitesse excessive, alcool, fatigue, etc.).

Sur le territoire, les accidents de la route sont principalement dus à l’excès de vitesse (35%), au non-respect des priorités (20%), à la consommation de stupéfiants (20%) ainsi qu’au manque de vigilance, à la consommation d’alcool et malaise au volant. A noter également que la moitié des accidents mortels ont lieu à proximité du domicile dans les 0 à 5km. Il n’y a pas de lien avec l’éclairage artificielle.

Enfin, en dessous de 30 km/h, l’éclairage n’ajoute pas de visibilité supplémentaire par rapport aux phares des véhicules. Dans une démarche plus générale, les zones 30 ou la limitation à 30km/h semblent se généraliser dans les agglomérations.

 

Très bien, et la biodiversité dans tout ça ?

La lumière artificielle nocturne perturbe le cycle de vie des espèces, leurs déplacements, leur alimentation, leur migration… Alors que certaines espèces sont attirées par la lumière au point de s’y retrouver piégées (les insectes par exemple) d’autres comme les chauves-souris, ou certaines espèces d’oiseaux, fuient les espaces suréclairés. Cela réduit considérablement leurs zones de chasse, de reproduction ou d’habitat, participant ainsi au déclin des populations.

Chiffres :

En saison estivale, 150 insectes meurent chaque nuit par point lumineux, d’épuisement ou brulés par la chaleur. è 2ème cause de mortalité des insectes, après les pesticides. Or nous avons perdu 80% des insectes depuis 30 ans en France...

Lors de la photosynthèse, les végétaux absorbent la lumière. L’éclairage public prolonge le processus et abrège le temps de repos nocturne de la flore sauvage. Le cycle végétal en est impacté (floraison prématurée, perte de feuilles tardive…) et les plantes fragilisées.

 

Les espèces sauvages c’est bien, mais la santé humaine ?

En tant qu’espèce diurne, l’être humain que nous sommes à besoin d’un environnement nocturne afin de sécréter l’hormone du sommeil, la mélatonine, or l’exposition à la lumière inhibe la sécrétion de cette dernière (Lewy AJ et al. 1980). 

Notamment, la perturbation du cycle jour/nuit, aussi appelé cycle circadien influence le système immunitaire, et la pollution lumineuse est déclarée comme perturbateur endocrinien d’après une étude de Dufier J.-L. et Touitou Y. de 2021.

Par exemple, d’après une étude de Schernhammer ES et al., 2001, le risque relatif de cancer du sein augmente significativement lorsqu’au moins 3 nuits sont travaillées par mois pendant 20 ans.

De plus, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé en 2007 le travail posté et/ou de nuit dans le groupe 2A des « cancérogènes probables car ils impliquent une désorganisation circadienne » (Straif K et al. 2007).

 

 

Toujours pas convaincu ? Parlons économies budgétaires et énergétiques !

D’après l’Association nationale de la protection du ciel et de l’environnement nocturne, 5 800 000 € ont été économisés par les 364 communes labellisées « Villes et villages étoilés » grâce à une pratique de l’extinction nocturne.

De plus, 200 000 € ont été économisés en fonctionnement par la réduction de puissance. Également, en moyenne 33 kWh ont été économisés par habitants sur les communes labellisées Villes et villages étoilés 2019-2020.

Via la rénovation de l’éclairage public et une pratique vertueuse, il est possible de réduire les consommations énergétiques de plus de 75%.

 

 

 

L’action du Parc naturel régional du Doubs Horloger : lancer une dynamique collective à travers 3 grands volets :

1/ Sensibiliser et informer les élus et le grand public

2/ Diagnostiquer la pollution lumineuse et pré-identifier la trame noire

3/ Lancer une expérimentation avec les communes volontaires sur l’extinction de l’éclairage partielle ou totale la nuit

Retrouvez ici notre guide de la mise en place de l'extinction de l'éclairage public (pdf)

D’autres aspects à éclairer ?

Un agent au Parc est également disponible pour répondre à vos interrogations.

Contact : ines.maire-amiot@parcdoubshorloger.fr

 

Pour l’assistance à maîtrise d’ouvrage (diagnostic complet, conseil sur la rénovation de l’éclairage et pour les équipements à mettre en place pour l’extinction en fonction de votre technologie), vous pouvez contacter Cyril CASSAGNE,

Conseiller Assistant à Maîtrise d’Ouvrage en Éclairage Public au SYDED

SYDED - 33 rue Clément Marot – 25000 BESANÇON

Tél : 03 81 81 73 51 Mailcyril.cassagne@syded.fr

 

Vous pouvez également consulter les sites et documents suivants :

-          Plaquette arrêté nuisances Lumineuses.pdf (ecologie.gouv.fr)

-          Pnr Montagne de Reims - Google Drive

-          5 bonnes raisons de pratiquer l'extinction de l'éclairage public

 

Il fait bon vivre dans le Parc naturel régional  du Doubs Horloger, et ces vidéos en sont les  parfaites illustrations !

Au cœur de grands espaces naturels et ruraux, un  large panel d’activités de pleine nature vous fera    vivre des instants authentiques et conviviaux. 

Lire la suite...

Pour tout savoir sur le Parc naturel régional du Doubs Horloger, ses actions et ses projets, découvrez son rapport d'activité 2021.

Lire la suite...

 

Pour organiser votre séjour dans notre belle contrée et tout connaître des richesses de ce territoire, rendez-vous vite sur le site internet de l'Office de Tourisme.

 

Lire la suite...

Dans le cadre de son élaboration, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), organise plusieurs réunions publiques, une sur chacune des trois intercommunalités composants le SCoT. Ces réunions publiques seront l’occasion de présenter la démarche et de répondre au questionnement des acteurs du territoire 

Lire la suite...